Mots Clés
Thèmes Recherche par thèmes

Parcours botanique

Le paysage et la gestion des espaces naturels au Perreux-sur-Marne

 

Les espaces verts, longtemps pensés comme de simples parcs urbains, sont aujourd’hui reconsidérés et ne sont plus de simples éléments de décor.

Ils deviennent des lieux où se créent des liens importants et diversifiés sur les plans économique, social et environnemental.

Il est donc nécessaire d’avoir une certaine cohérence dans l’aménagement de l’espace paysagé.

Différents textes de loi définissent la protection des espaces naturels et les principes de cette protection. Ceci permet de mettre en œuvre des actions pérennes, orientées vers un développement durable. Ainsi, une gestion raisonnée amène à l’amélioration de notre qualité de vie.

Au cœur du sujet de la préservation de l’environnement, la question des pesticides est primordiale.

Nous savons, en effet, que les pesticides ont un impact négatif sur la santé et repenser l’entretien des espaces naturels, par des pratiques durables, devient un objectif important et urgent.


 

Les espaces naturels et leur compréhension

  

Découvrez le parcours botanique au parc du Saut du Loup par le Conseil Municipal des Jeunes

 

L’impact des pesticides sur l’environnement

Pendant de nombreuses années, l’emploi des produits phytosanitaires, par des actions d’épandage dans les jardins des particuliers ou dans les espaces verts publics, a été privilégié et la systématisation de leur emploi a fortement pollué les sols, mais aussi les milieux aquatiques et l’eau que nous utilisons.

Pour lutter contre cela, la commune du Perreux, comme de nombreuses autres communes, s’engage par l’application de nouvelles pratiques, telles que l’observation de la pousse des plantes adventives, et par une réflexion plus soutenue sur le choix de leurs traitements. 

Nous revenons à des méthodes plus naturelles pour l’entretien des espaces publics.

Les nombreuses espèces végétales choisies permettent également aux animaux de se nicher, comme les oiseaux. 

La gestion sans pesticides adoptée sur la commune du Perreux favorise notamment le retour et la survie des pollinisateurs.

La Ville veille à diversifier les espèces florales, avec par exemple la plantation de massifs à variétés nectarifères. Cela permet ainsi aux abeilles d’avoir des plantes à butiner, variées et cela très tard dans l’année.

La présence des espèces butineuses, comme les papillons également, est indispensable à la protection de la biodiversité. Permettre la sauvegarde de ces espèces animales est aussi un moyen de protéger l’environnement, y compris en milieu urbain.

 

L’approche paysagère

Travailler à l’évolution des espaces verts, c’est aussi préserver le patrimoine végétal de la ville, important pour la population locale.  

Les collectivités doivent donc avoir une vision la plus précise possible des différentes perceptions et attentes des administrés sur cette préservation du patrimoine vert de leur ville.

Par ailleurs, un cadre de vie paysagé et attractif contribue au développement économique du territoire.

La zone urbanisée est alors perçue comme un lieu de vie améliorée et d’avenir où sont pris en compte les aspects sociaux et environnementaux de notre société.

Tous ces éléments font aussi partie intégrante de l’approche paysagère du territoire communal.

La ville du Perreux compte plus de 12 hectares d’espaces verts répartis entre les bords de Marne, les parcs, les mails et les aires de jeux aménagées.

Ces superficies sont importantes et font l’objet de soins attentifs par les agents du service environnement de la ville.

L’aménagement, la protection des espaces naturels et l’accueil du public posent les bases d’une politique environnementale au Perreux, qui se veut orientée vers le développement durable et la gestion raisonnée du paysage.

 

Mise en œuvre et gestion raisonnée des espaces naturels

Le plan paysage

Créer un plan paysage, c’est appréhender de manière précise les moyens à mettre en œuvre par :  

  • un diagnostic de la nature exacte du paysage : arbres d’alignement ou isolés, massifs et pelouses de parcs et jardins, terrains cultivables, etc…
  • des réflexions et choix qui vont orienter le développement futur du territoire.
  • un engagement sur les moyens physiques, matériels et financiers.

Toujours dans une perspective de développement durable, la Ville choisit avec attention les espèces plantées, de préférence peu consommatrices en eau et avec un entretien minimal.

Cette gestion raisonnée conduit aussi à l’utilisation de paillages, mettant de côté les pesticides.

La Ville choisit attentivement les espèces à planter, en privilégiant celles qui sont les plus adaptées à notre milieu urbain.

Par exemple, elles auront des racines pivotantes (ou verticales) qui descendront en profondeur plutôt que courant en surface. Elles seront aussi moins gourmandes en eau et ne nécessiteront qu’un entretien minimal.

Par ailleurs, des expertises phytosanitaires sont réalisées chaque année afin de suivre l’état des arbres et arbustes. Il est prévu ainsi les types d’interventions adaptées (abattage, élagage, taille douce, etc…).

 

Le paysage de demain

Dans l’approche du paysage urbain de demain, il est indispensable de préserver ou réhabiliter les espaces naturels.

Que ce soit dans le fleurissement ou la gestion des parcs urbains, nous devons savoir transformer « l’art horticole » et cela sans créer de nouvelles nuisances.

De nombreuses solutions techniques raisonnées existent et c’est souvent le choix de la simplification des actions qui amène à une gestion raisonnée et durable.

En conclusion, le paysage et les espaces naturels sont des lieux de vie, qui pensés de manière raisonnable, améliorent la qualité de vie.

Une nature réfléchie est donc une vraie nécessité de garantie écologique pour l’avenir.

 

Protéger et valoriser les arbres remarquables

Nous savons toute l’importance des arbres tant pour la santé des espèces vivantes, y compris l’homme, que pour la qualité de notre cadre de vie. Les arbres font également partie intégrante du patrimoine de chacune de nos régions.

L’Ile-de-France totalise environ 200 millions d’arbres et dans le cadre de son Plan Vert, dès 2017, la Région a inventorié, dans les 8 départements franciliens, 132 arbres remarquables (dont 88 arbres remarquables uniques et 44 ensembles d’arbres exceptionnels) afin de les labelliser pour garantir leur protection, notamment lors d’opérations immobilières.

Cela va également permettre de faire connaître ces arbres aux Franciliens, qui ne se trouvent pas toujours en forêt, mais dans des villes ou des parcs.

Certains arbres ont ainsi été repérés comme étant remarquables sur l’Ile aux Loups sur des parcelles de terrains du Perreux et de Nogent-sur-Marne.

 

Comment sont sélectionnés les arbres remarquables ?

Un travail de recensement a été réalisé par l’association A.R.B.R.E.S. pour le compte de la Région dans le cadre d’une stratégie environnementale.

Parmi les critères retenus pour établir cette liste, nous pouvons citer l’âge de ces arbres, en fonction des espèces, leurs dimensions, leur localisation et surtout l’histoire et les légendes autour de ces arbres.

 

Une démarche de protection

Cette démarche initiée par la Région, s’inscrit dans la volonté d’établir un niveau de protection renforcé, en particulier en milieu urbain, pour les arbres les plus menacés.

Cette protection est d’autant plus importante sur le plan climatique alors même que les températures deviennent de plus en plus élevées dans les villes lors des périodes de canicule.

Un Comité régional de l'arbre remarquable a été constitué et comprend :

la Région, initiatrice du projet,

l’association A.R.B.R.E.S. présidée par Georges Feterman,

l’Agence des espaces verts,

le Conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement de Seine-et-Marne,

la Ville de Paris,

l’Office national des forêts,

le Département de la Seine-et-Marne

Alain Baraton, jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc du château de Versailles en tant que personnalité qualifiée.

Retourner en haut de la page

Actualité lien

Toujours connectés

Suivez-nous sur