Mots Clés
Thèmes Recherche par thèmes
Fermer

Prenez rendez-vous pour toutes vos démarches

En raison du contexte sanitaire, toutes vos démarches auprès des services municipaux ne pourront s’effectuer que sur rendez-vous.

Aussi, préalablement nous vous invitons à contacter le service concerné par téléphone.

Actualités

Vous cherchez une sortie, un spectacle ?
Consultez les rdv de la Ville et des associations.

Partager
Retour à la liste des actualités

La baignade reste interdite dans la Marne

Catégorie : Le perreux et vous

L’arrêté préfectoral du 31 juillet 1970 a rendu la baignade dans la Marne interdite. Pourtant, malgré cette proscription, de plus en plus de jeunes et parfois moins jeunes n’hésitent pas à braver l’interdiction pour tremper leurs pieds, voire piquer une tête dans la Marne.

S’il serait parfois tentant de plonger dans la rivière, les dangers et risques de noyade sont réels et souvent méconnus. Les causes en sont multiples.

Tout d’abord, se baigner dans l’eau fraîche de la rivière lorsqu’il fait très chaud peut être dangereux en raison des risques d’hydrocution. Le nageur encourt le risque de se faire heurter par des engins motorisés ou aspirer par de forts courants.

Le danger peut aussi résider lors de sauts depuis les ponts. Les nageurs courent ainsi le risque de tomber sur des blocs de béton, des pieux métalliques ou des roches. La mauvaise visibilité sous l’eau peut également rendre le sauvetage d’un baigneur difficile, voire impossible.

Par ailleurs, les risques sanitaires liés à la qualité de l’eau sont également à prendre en compte : le risque de contamination par des maladies véhiculées par des rongeurs, telles que la leptospirose, ou par la présence de germes pathogènes ou chimiques reste possible et peut être à l’origine de troubles d’ordre respiratoire, digestif, oculaire, cutané…

La Municipalité en appelle donc à la vigilance et à la prudence de chacun.

 Pour rappel : dans le département du Val-de-Marne les baignades sont formellement interdites dans :

  • la Marne, par arrêté préfectoral du 31 juillet 1970,
  • la Seine, par arrêté préfectoral du 19 décembre 2003,
  • les retenues d'eau des excavations, fouilles, carrières désaffectées, nappes d'eau stagnantes, par arrêté préfectoral du 17 octobre 1975,
  • le plan d'eau de la base de loisirs de Créteil, par arrêté préfectoral du 23 janvier 1979, modifié par l'arrêté préfectoral du 4 août 1982.


 

Posté le 25 Août 2020
Retourner en haut de la page

Actualité lien

Toujours connectés

Suivez-nous sur